samedi 21 avril 2012

Marcia Kure, des aquarelles singulières







Née en 1970 au nord de Kano, au Nigeria, Marcia Kure a obtenu un diplôme en arts plastiques au début des années 1990 avant d’émigrer aux États-Unis en 2000. Purdah (1992), première peinture d’une femme voilée, affiche une masse de tissus fluides et dynamiques qui, simultanément, encadre et masque la silhouette. Cette œuvre annonce deux directions différentes dans la pratique de l’artiste. Au cours des vingt dernières années, Marcia Kure a mené un ensemble d’expérimentations, utilisant parfois le voile, et plus généralement des pièces de tissu, comme support matériel. Elle s’est aussi concentrée sur l’impact social du voile en tant qu’objet chargé émotionnellement et culturellement. Elle a également travaillé avec des morceaux d’un tissu industriel nigérian entaché d’une erreur d’impression, révélant la tension entre les articles de prêt-à-porter et le motif original, et celle entre les méthodes de production, traditionnelles ou industrielles. Ses collages de papiers et de photographies, dont celles extraites des archives du musée Smithsonian de Washington en 2008 évoquent des figures chimériques tour à tour élégantes ou vulgaires. Une autre singularité de sa démarche est l’incorporation dans ses aquarelles, de vin rouge, noix de kola, détrempe à l’œuf, et pigments fluides.

Pour Intense Proximité, Kure présente Split Personality et You Know Who, deux nouvelles séries de dessins puissants et sereins, réalisés en 2012. Dans un univers dont les deux attributs majeurs sont l’abstraction et la représentation, ses sujets vaguement animaliers et/ou d’inspiration anthropomorphique, forment des compositions ayant une apparence délicate et fragile. Ces créatures hantent d’autres œuvres de l’artiste, sous une capuche ou derrière un voile, sans formes, ni attaches… no limit.

Marcia Kure vit actuellement à Princeton, États-Unis.


A voir au Palais de Tokyo, à Paris, La Triennale, jusqu’au 26 Août : http://www.palaisdetokyo.com/