dimanche 7 août 2011

Le sankalpa

Qu’est ce qu’un sankalpa ?
De nombreuses personnes disent que c’est une affirmation positive, une réflexion positive, mais un sankalpa est une méthode d’entraînement de la pensée afin de développer la volonté et la clarté intellectuelle.

Grâce au sankalpa, nous apprenons à exercer notre pensée afin de raviver la volonté. Nous manquons de volonté car nous sommes intérieurement indisciplinés. Durant notre vie, pour la plupart nous nous sommes demandés ce que nous devrions faire ou ne pas faire. Souvent nous sommes frustrés car nous sommes incapables de nous extraire d’une situation dominant notre comportement mental. Par exemple, il nous est possible de nous réveiller à 4 heures du matin pendant peut-être une semaine ou un mois, puis nous nous retrouvons dans l’incapacité de le faire pendant le restant de notre vie. Vous pouvez le faire pendant une semaine car la motivation est présente, puis quand l’énergie est partie, vous vous dites « encore cinq minutes, encore dix minutes de plus, aujourd’hui je voudrais me reposer, il n’est pas nécessaire de se réveiller. » Une fois que le dynamisme initial s’évanouit, on se retrouve dans la léthargie.

Si nous avons un sankalpa qui entretient la motivation et l’énergie, alors la léthargie ne s’immiscera pas. Un sankalpa doit servir à développer la volonté. Une simple affirmation positive n’aboutira à rien. Nous pensons tous que nous devrions devenir ceci ou cela, que nous devons nous débarrasser d’une habitude particulière, d’un trait de caractère ou d’une obsession. Nous pouvons comprendre cela de façon rationnelle mais ne pouvons le mettre en pratique par manque de motivation. Un sankalpa comble ce vide dans notre vie.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un très grand sankalpa. Commencez petit. Par exemple, quand j’étais jeune, j’avais l’habitude de dormir si profondément que les swamis pouvaient soulever mon lit et le déplacer dans un autre lieu de l’ashram sans que je me réveille. Quand j’étais petit cela n’avait pas d’importance, mais plus tard cela devint un problème. Alors, je me suis dit que tous les matins je me lèverai à quatre heures du matin, et je l’ai fait le premier jour. Le deuxième jour je me levai à cinq heures, le troisième jour à six heures, le quatrième jour à sept heures. J’ai essayé alors, de découvrir mon mode naturel. Si je m’endormais à neuf heures du soir, à quelle heure je me réveillerais normalement sans mettre mon réveil ? J’ai trouvé que c’était vers six heures du matin, après neuf heures de sommeil. J’ai donc mis mon réveil à six heures moins cinq pendant une semaine, puis à six heures moins dix la semaine suivante, à six heures moins le quart la troisième semaine et à six heures moins vingt la quatrième semaine. En diminuant de cinq minutes chaque semaine, mon esprit s’habituait à l’entraînement ; quand j’arrivais à quatre heures, c’était devenu une habitude. Ceci correspond à l’entraînement du sankalpa.

Un sankalpa n’est pas seulement une pensée mais aussi une capacité, une force. Quelque soit votre pensée celle-ci est projetée dans l’environnement. Tout comme les ondes radio et toutes autres fréquences et ondes invisibles dans l’environnement qui peuvent être mesurées avec des instruments spécifiques, les pensées et désirs ont aussi une fréquence. Le négativisme et le positivisme, le pessimisme et l’optimisme ont une fréquence. Ce que vous exprimez laisse une trace sur la voie, dans la pensée et les ondes sont transmises. S’il existe une intensité dans la pensée, dans le sankalpa, dans la résolution, alors la sélection du trajet, l’empreinte dans la pensée seront plus fortes et vous pourrez accéder à ce trajet de façon plus fréquente et facile. Cela devient un trajet présélectionné.

Un sankalpa n’est pas seulement un souhait, c’est une conviction. C’est la foi en soi, la foi que l’on peut y arriver. Un sankalpa ne peut être « je souhaite que cela soit ainsi » ou « je souhaite devenir cela ». Ceci est une pensée souhaitée. Un sankalpa est la conviction que « je vais devenir cela ». Un sankalpa est la confiance et la foi en soi-même, en sa propre force et son courage. « J’ai ceci alors je peux devenir cela ».

Un sankalpa n’est pas seulement penser que vous deviendrez cela, mais aussi s’efforcer à devenir cela. Commencez par quelque chose de très basique : comme changer les habitudes, changer les limites qui inhibent votre croissance. Essayez de vous comprendre, de vous observer, de trouver les blocages et surmonter une chose à la fois. N’ayez pas une idée abstraite ou un concept inaccessible sans entraînement préalable. Les enfants veulent grandir vite. Quand ils vont à l’école, ils veulent vite terminer leur cycle scolaire. Mais le facteur essentiel est de bien réussir dans la classe où vous vous trouvez sans se soucier de quand vous allez grandir ou avoir votre diplôme. Si vous pouvez bien travailler dans la classe où vous êtes, vous réussirez et passerez dans la classe supérieure.

Concentrez-vous sur le présent. Ignorez les incertitudes du futur. Si quelque chose doit arriver dans le futur pourquoi s’inquiéter maintenant ? Perfectionnez votre présent. Le problème est que nous sommes si tendus que notre passé est tendu, notre présent est tendu et notre futur est tendu. Le yoga nous apprend que le présent peut être parfait.

Quand vous avez façonné votre sankalpa, vous étiez entouré par vos propres émotions et les manifestations de votre spiritualité. Personne ne vous a poussé ou guidé pour prendre ce sankalpa. Essayez d’être fidèle à ce sankalpa. Un sankalpa n’est pas un souhait que l’on fait à chaque nouvel an, c’est plutôt un pas effectué en avant et reculer n’a aucun sens. Ainsi, un sankalpa est un pas, non une pensée, et quand vous faites ce pas pour accomplir le sankalpa, pour harmoniser votre vie, rappelez vous que plus vous êtes positif, optimiste et sattvique, plus vous gagnerez en force et plus loin vous irez.

Un texte de Swami Niranjananda (Spiritual Head of Bihar School of Yoga, Munger, Bihar)Traduction de l’anglais en Juin 2011, par Paramjyoti