mardi 15 mars 2011

Petit hommage aux peintres du Japon...






Le Fuji Rouge
Peinture japonaise de Yokoyama Misao (1920-1973) ; propriété du Musée Gotoh. Il s’agit d’une peinture de la série Aka-Fuji (« Fuji rouge ») de l’artiste. La composition est audacieuse et la montagne enlevée d’un trait sûr et décisif. Longtemps, on a considéré que contempler la montagne dans le rouge flamboiement du soleil levant portait bonheur, ce qui explique qu’un grand nombre d’artistes ont peint ce « Fuji rouge »…

La vague
Estampe polychrome de Katsushika Hokusai (1760-1849). La crête d’une lame gigantesque est sur le point de fracasser son écume sur une frêle embarcation. Immuable, le Mont Fuji s’élève au loin, parfaitement cadré par l’onde. Ce chef-d’œuvre est sans doute le plus connu de la série d’estampes ukiyoe de Hokusai intitulée Fugaku Sanju-roku Kei (« Trente-Six Vues du Mont Fuji ») qui propose la montagne sous autant d’angles différents. Aujourd'hui, avec la catastrophe qui s'abat sur le Japon (la frêle embarcation), on peut regarder cette oeuvre comme prémonitoire.

Le chat
Takeuchi Seiho (1864-1942) voyagea en Europe et visita l'exposition universelle de 1900. Il étudira l'art européen et le combinera avec le style de l'école Maruyama-Shijo. Il est fameux pour ses peintures d'animaux, mais aussi pour ses paysages. Professeur au Collège des Beaux-Arts de Kyoto, et ayant aussi sa propre école, il aura parmi ses élèves de très nombreux grands peintres japonais du XXeme siècle.

Le Fuji
Peinture de style japonais de Kobayashi Kokei (1883-1957) ; propriété du Musée d’Art Yamatane. Kokei fut très influent dans le développement du style de peinture japonaise moderne. Cette œuvre respire pleinement la beauté traditionnelle de la peinture japonaise, et son charme réside dans la sobriété du trait minimaliste et la limpidité du coloris.

Les Cinq Carpes
De Kawabata Ryushi (1885-1966) est un maître célébré au cours de ce demi-siècle pour ses recherches stylistiques, proches de l'abstraction, sur de très grands formats. Il étudiera d'abord la peinture occidentale, mais suite à un voyage à Boston se convertit à la peinture japonaise. Il sera très éclectique, mais ses toiles semblent toujours très colorées.

Les Fleurs (détail)
La chambre aux panneaux à fleurs est l’œuvre du deuxième grand représentant de la période d’Edo, Itô Jakuchu (1716-1800) ; sur fond d’or, sont présentées sur quatre murs plus de 200 fleurs aux couleurs chatoyantes, chacune, unique et très finement ciselée. Cette œuvre fut exposée à Paris, en 2008 au Musée Guimet.

Et pour voyager un peu plus dans l’art Japonais, voici le lien vers le site du Tokyo National Museum, qui est aujourd'hui fermé pour cause de panne d'électricité, mais qui n'a pas connu de dommage dans ses salles d'exposition :