lundi 7 juin 2010

Autolouange, une pratique du Kasala ou "Nom de Force"


L’autolouange, une pratique traditionnelle au service du présent, pour se guérir de la médiocrité et s'ouvrir au fabuleux.

L'Autolouange est une technique orale de médiation, autant que de guérison, en usage sur toute la planète depuis la nuit des temps. Les Griots Africains, médiateurs initiés s’il en est, l’ont maintenue vivante sous le nom de Kasala. La traduction de ce mot par « autolouange », est bien loin de la puissante réalité transgressive, donc exceptionnelle, voire sacrée, qu’elle recouvre dans notre bain judéo-chrétien où, comme dans la plupart des cultures du monde, parler de soi est mal reçu, pris souvent pour de la vantardise ou de la forfanterie !

Il ne s'agit pas non plus de faire du positivisme. En Afrique, lorsque le Griot est mandaté pour faire le panégyrique du marié, ou du chef de tribu par exemple, il vit plusieurs jours avec la famille pour s’imprégner de son histoire, puis élabore un discours englobant la réalité complexe des liens aux ancêtres, aux descendants, et au groupe social. Ce regard extérieur, mais exprimé en terme de « je… », va se servir de tous les éléments observés, et faire accepter les aspects aussi bien positifs que redoutables et redoutés de la personne dont il fait l’éloge.

Cette pratique des « Noms de Force », très exigeante de justesse, ouvre à la médiation entre « le héros » et les partenaires multiples de la situation en train de s’ouvrir, instaurant une distanciation qui peut prendre toutes les « couleurs », des plus fortes et douces aux plus grinçantes, si c’est nécessaire dans l’instant présent. Paradoxalement, cela requiert une grande modestie, et remet chacun au cœur de son inscription cosmique et de la responsabilité qui en découle.

Avec l’autolouange, reprenant cette haute tradition dans notre contexte actuel, ce travail de médiation se fait entre les parties obscures de nous-même et celles déjà intégrées. La mise en lumière ainsi appliquée aux situations embrouillées et complexes de la vie quotidienne, ou plus intimement autour d’une maladie, d’une séparation, d’une épreuve, ou d’un défi, ouvre à des transformations inespérées.

Cela passe par la production d’un texte écrit, puis déclamé face au groupe. L’écriture, très spontanée, va chercher dans le ventre, les reins et le cœur, la force dont nous sommes porteurs, Nous avons alors la surprise de voir émerger des textes incroyablement poétiques et forts, troquant l’étouffement ratatiné que donnent les problèmes, pour l’ample respiration d’une mise en voix de la joie d’être, que nous pouvons soutenir dans une parole juste, donc transformatrice, qui s’étend à tous les domaines.

Extraits d’un texte de Ghislaine de Laage

Un stage « Autolouange, Collage et Créativité » aura lieu, du 23 au 27 Juillet 2011, à l’Atelier du Laurier Rouge. Durant ces 5 jours, les pratiques de création, écrits et images, alterneront avec des séances de relaxation profonde selon le Yoga Nidra. La démarche : à partir d’un thème, chacun écrit son autolouange avec obligation d'amplification et se dirige ensuite vers une création en collage à partir du texte. Ou alors, on crée un collage pour faire naître des images et les mots viennent ensuite… Les deux espaces d'expression et de créativité vont se rencontrer, se bousculer, s’interroger !

Le stage est animé par Catherine Mazarguil, artiste peintre, formée au Yoga Nidra, intervenante en Art-Thérapie. Voir le programme sur le site : http://www.laurier-rouge.com/ rubrique "YOGA DE L'ART".