jeudi 22 octobre 2009

Le yoga de l'environnement, ou comment faire de la Terre un jardin sacré











Le dix-septième Gyalwang Karmapa, Orgyen Trinley Dorjé, est le chef spirituel de la tradition Karma Kagyü. Il est né en 1985 dans une famille nomade de la province du Kham au Tibet. Il fut intronisé au monastère de Tsurpou en 1992. Au début de l'année 2000, il s'enfuit en Inde où il réside depuis à Dharamsala. Le dix-septième Karmapa est connu pour ses engagements écologiques et pour le végétarisme. Voici quelques unes de ses paroles :

Depuis que l'espèce humaine est apparue sur cette Terre, nous l'avons abondamment exploitée. On dit que 99 % des ressources mondiales proviennent du milieu naturel. Nous sommes en train d'épuiser la Terre. La Planète nous a prodigué d'infinis bienfaits, mais qu'avons-nous fait pour elle ? Nous ne cessons de la mettre à contribution mais sans jamais rien lui donner en retour. Nous n'avons jamais de pensées aimantes ou protectrices envers elle. Il y a des millions d’insectes, d’animaux et de plantes sur cette planète. Pour survivre, les êtres humains ont besoin d’eux ; il leur est impossible de survivre sans eux. Parce que toutes les espèces vivantes sont interdépendantes, nous devons tous porter un intérêt et agir pour la protection de l’environnement, pour notre propre survie et bien être.

Chaque fois qu'un arbre ou une plante quelconque pousse, nous l'abattons. Nous nous disputons la moindre parcelle de terre. Le cycle ininterrompu de guerres et de conflits pour se l'approprier continue de sévir. Somme toute, nous n'avons pas fait grand chose pour la Terre. Le temps est venu où la planète se fait menaçante, le moment est venu où elle nous abandonne. Elle est tout près de nous maltraiter et de nous abandonner. Si elle nous délaisse, où pourrons-nous vivre ? On parle de se rendre sur d'autres planètes où la vie serait possible, mais cela ne concernerait que quelques personnes fortunées. Que se passera-t-il pour toutes les formes de vie qui ne pourront être du voyage ?

Comparé au passé, les gens de nos jours consomment beaucoup d’énergie. Toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés aujourd’hui découlent de leurs propres actes. Ils essaient de se comporter comme des machines, mais les humains ne sont pas des machines. Les machines ne se fatiguent jamais. Que devons-nous faire maintenant que la situation est devenue si critique ? Les êtres vivant sur Terre et les éléments du monde naturel doivent se donner la main. La Terre ne doit pas abandonner les êtres vivants et les êtres vivants ne doivent pas abandonner la Terre. Chacun doit tenir la main de l'autre.


Et voici quelques un des 108 GESTES POUR AMELIORER L'ENVIRONNEMENT :

Cette liste est extraite de LA PREMIERE CONFERENCE SUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT pour les monastères et centres Kagyu, qui s’est déroulé du 21 au 25 mars 2009, Vajra Vidya Institute, Sarnath, Inde, sous la présidence de Orgyèn Trinley Dorjé, le 17 eme Karmapa. Lors de cette conférence Sa Sainteté a partagé son souhait : s’il avait le pouvoir, il deviendrait le protecteur de la terre et la recouvrirait comme une tente.

Les DIX premiers GESTES POUR l’ENVIRONNEMENT et FAIRE UNE DIFFERENCE...

1. Faites des prières d'aspiration. Nous faisons des prières d'aspiration pour tous les êtres sensibles. Cela devrait aussi inclure la Terre, qui nous nourrit et nous donne la vie. Nous pouvons prier pour un monde plus harmonieux dans lequel les êtres humains reconnaissent l'impact nuisible de leurs actions sur la Terre et changent leurs comportements.

2. Lisez, discutez, et développez une compréhension des questions relatives à l'environnement et comment elles vous affectent et affectent votre communauté.

3. Devenez végétariens. Non seulement vous pratiquerez la compassion envers tous les êtres sensibles, mais vous contribuerez également à diminuer l'épuisement de nos ressources. La production d’un kilo de boeuf exige environ 100'000 litres d'eau, alors que la production d''un kilo de blé nécessite seulement 750 litres.

4. Vivez simplement. Mettez en pratique vos voeux de conduite éthique et vivez aussi simplement que possible, sans possessions superflues.

5. Eduquez autour de vous sur les valeurs environnementales. A chaque fois que vous en avez l'opportunité, enseignez les histoires et les traditions bouddhiques qui illustrent l'harmonie entre les hommes et la nature.

6. Ne jetez rien sur la voie publique. Rassemblez vos propres déchets et débarrassez-vous en de manière appropriée et responsable.

7. Réduisez votre utilisation de papier. Un grand nombre d'arbres sont abattus afin de produire du papier. Le simple choix d'imprimer recto-verso peut faire une grande différence.

8. Réduisez votre utilisation de plastique. Nous utilisons des emballages en plastique pour quelques heures, parfois même juste pour quelques minutes. Cependant, cela prend plus de 500 ans pour que le plastique se dégrade complètement dans une décharge.

9. Lorsque vous faites des offrandes, faites des choix sains. Achetez des fruits plutôt que des sucreries, ou plantez des fleurs plutôt que d'en couper.

10. Eteignez les lumières et appareils électriques non utilisés. Si vous voyez qu'une lumière ou un appareil électrique sont allumés mais que personne ne les utilise, éteignez-le.

Et puis quelqu’unes des recommandations du Karmapa, en matière de jardin et de protection de la nature, pour un véritable ART de VIVRE :

Encouragez ceux qui suspendent un grand nombre de drapeaux à prières (comme les gyathar) à les attacher avec une ficelle au lieu d'utiliser un bâton de bambou par drapeau.

Délimitez sur le terrain un espace sacré qui peut vous rapprocher encore plus de la nature. Suspendez des drapeaux à prières autour d'une source, ou d'un bosquet, ou dans une large étendue sauvage avec une belle vue, et encouragez les visiteurs et vos amis à utiliser cet espace comme lieu de méditation.

Plantez des arbres dans diverses zones sévèrement atteinte par la déforestation. Organisez la pratique de planter des arbres au-dessus des zones à glissements de terrain.

Après avoir sélectionné une zone, plantez de jeunes arbres entre des arbres à demi matures et des arbres matures. Cela procurera un habitat plus naturel et encouragera les espèces sauvages à s'y développer également.

Surveillez la zone forestière à long terme et expérimentez différentes combinaisons dans la plantation de jeunes arbres. Ce n'est pas suffisant de planter un jeune arbre, vous devez vous en occuper au cours de sa croissance jusqu'à ce qu'il devienne un arbre mature.

Informez-vous sur la vie sauvage qui existe dans votre région. Incluez les animaux dans vos prières d'aspiration et dans vos enseignements.

Enseignez aux communautés locales à faire preuve d'un respect profond pour toute forme de vie.

Si vous vous trouvez dans une zone victime de déforestation avancée, protégez la vie sauvage existante.

Ne jetez pas de déchets dans les rivières ! Souvenez-vous que les rivières coulent sur des milliers de kilomètres et sont peut-être la seule source d'eau potable pour des millions de gens.

Plantez de la végétation sur les bancs des rivières et des lacs afin de les protégez et d'améliorer la qualité de l'eau. Les lacs et rivières couverts d'une couche d'algues présentent en général une surcharge de nitrates, que l'on trouve dans les fertilisants et les pesticides. Protégez-les en plantant des roseaux et des plantes autochtones.

Sous les climats froids, concevez les bâtiments de telle sorte qu'ils soient orientés au sud afin que les pièces les plus utilisées en soirée aient le plus de lumière et de chaleur en hiver. Créez de larges fenêtres afin de maximiser la lumière et la chaleur.

Sous les climats chauds, utilisez des plantes grimpantes sur treillis (telles que les bougainvilliers) sur le côté le plus chaud du bâtiment à au moins 15 centimètres du mur. Cela créera une couche d'air frais entre la lumière du soleil et le mur.

Aménagez le paysage autour des bâtiments. Plantez des arbres à feuilles caduques (qui ont des feuilles en été seulement) sur le côté sud afin qu'ils procurent de l'ombre en été et laissent passer le soleil en hiver.

Créez votre propre jardin potager. Il est important, à la fois du point de vue santé et du point de vue environnement, de manger davantage de verdure à feuilles.

Plantez des arbres fruitiers. Cela vous procurera de nombreux bienfaits et contribuera au bien-être de l'environnement. Plantez des fruits que l'on trouve naturellement dans votre région et qui étaient plantés par vos ancêtres.

Plantez personnellement un arbre. Un seul arbre peut absorber plus d'une tonne de dioxyde de carbone pendant sa durée de vie et peut produire assez d'oxygène pour une famille de quatre personnes.

Plantez des bambous. Le bambou stocke davantage de dioxyde de carbone et génère davantage d'oxygène que d'autres espèces d'arbre.

Libérez les poissons ou les espèces d'oiseaux. C'est une activité bénéfique. Cependant, assurez-vous que l'espèce que vous libérez soit de la région et non une espèce étrangère.

Créez un mandala dans la nature. Cela devrait être un endroit spécial sur vos terres qui représente une offrande de toutes les merveilles de la nature : fleurs, arbres, eau, en reconnaissant que la Terre elle-même est une offrande. Ceci est en harmonie avec notre tradition Kagyu car le monastère Tsourpou est connu comme étant le palais céleste et comme le mandala de Chakrasamvara. Si vous ne possédez pas assez de terrain pour un tel projet, veuillez considérez la possibilité d'en créez une plus petite version dans un jardin sur le toit ou une terrasse.

Il est clair que les forêts sont capitales pour la vie sur terre. Vous tous réunis ici pour cette conférence sur l'environnement vous êtes engagés à planter 25 arbres chacun cette année. Cependant, veuillez ne pas limiter vos efforts à cela uniquement et continuer à préserver et restaurer nos forêts.

Voici le lien vers le Site Officiel Français de Sa Sainteté le XVIIe Karmapa Orgyèn Trinley Dorjé.
A découvrir : sa biographie détaillée - depuis sa reconnaissance au Tibet jusqu’à son arrivée en Inde - ses innombrables activités, la riche histoire de sa Lignée, ainsi que ses précieux enseignements ; retrouvez également l'intégrale des 108 recommandations pour la protection de l'environnement :