samedi 28 mars 2009

Mandala, un monde idéal


On trouve les origines du mandala dans le Jaïnisme, le Tantrisme, dans l'Hindouisme, le Bouddhisme, jusqu'au Lamaïsme.

Le mot «mandala » est issu de la culture orientale. Il vient du Sanscrit, le langage sacré des Brahmanes de l'Inde : mandala veut dire « cercle » ou plus exactement « cercle sacré » ou « cercle magique ». En tibétain, c'est kylkhor, kyl voulant dire « centre » et khor, « cercle ». Chaque mandala classique, d'origine orientale, a comme contenu un mantra, formule sacrée hindouiste ou bouddhiste. Le mantra est l'âme du mandala.

Le mandala représente le monde idéal

C'est une forme avec un centre : la concentration, et une périphérie : l'organisation. La définition d'un mandala repose sur trois principes d'organisation : le point central, le rayonnement de ce point, et la frontière extérieure circulaire.

Le point central symbolise le mystérieux centre d'énergie, lieu de naissance de toute existence dans l'espace et le temps.

Il symbolise également l'unité, la totalité et la perfection

Il est sans dimension ni lieu. Le cercle et la sphère prennent naissance de lui. Ce sont les formes de manifestation d'un point central. Le point central apparaît comme commencement et comme fin de tous les chemins possibles. La loi du centre est le silence et la loi du monde - la périphérie - est le mouvement.

Le rayonnement issu du point central se développe de façon centrifuge jusqu'à la frontière circulaire où il se reflète, pour rejoindre le centre, en mouvements perpétuels de façon centrifuge et centripète confondues. Le point central est le point de départ et d'arrivée de tous les mouvements signifiants l'unité dans la diversité ou la diversité dans l'unité. Le cercle, véritable frontière avec l'extérieur, est le protecteur de son contenu sacré, notamment du point central.

Il est aussi le symbolisme de l'infini et de l'absolu

Et c'est pour cela qu'à travers toutes les civilisations et à travers le temps, le mandala est considéré comme un symbole du divin. Le mandala représente un modèle de macro et microcosme : le centre et la rotation, l'unité et la diversité (amas de galaxies, systèmes solaire, les cellules, les molécules et les atomes, etc.).

C'est une visualisation de l'Univers

Le centre du mandala, c'est le coeur de l'univers, qui comporte la sagesse, l'énergie venant du vide, du silence. Dans ce silence vivent l'unité, le divin, l'invisible, le métaphysique. La périphérie représente la création du monde. C'est aussi la diversité de l'univers en organisation, née de son centre.

Pensons au macrocosme, et nous découvrons les systèmes solaires. Dans le centre se trouvent l'étoile, le soleil et, dans l'orbite, les planètes, leurs satellites, et leur lunes en organisation. Pensons aux galaxies : elles ont leur centre là où les étoiles sont les plus compactes et où la lumière brille le plus fort. Leurs périphéries sont les immenses bras des galaxies ou spirales qui, à leur tour, ont leur rotation autour de leur centre. Regardons encore plus profondément dans l'univers : nous découvrons les amas de galaxies qui, à leur tour, ont un mouvement de rotation autour d'un centre ; le big-bang même nous rappelle le schéma d'un mandala.

Rendons-nous dans le microcosme, nous découvrons le monde des cristaux, des cellules et des atomes qui montrent le même schéma d'organisation que les mandalas. Les noyaux sont les centres et leurs périphéries organisées sont leurs cercles. Chaque atome représente un mandala et même le noyau d'atome, qui est fait de Quark ayant leurs organisations autour d'un centre, rappelle un mandala. Dans le macrocosme comme dans le microcosme, en haut comme en bas dit une loi spirituelle très ancienne qui vient de la philosophie hermétique des anciens Egyptiens.

Ainsi, le mandala est un Cosmogramme qui représente l'univers tout entier dans son schéma essentiel.

Le dessin d'un mandala agit sur le psychisme

Il unifie par son centre et il équilibre par sa périphérie. Il attire le regard vers le centre, vers l'unité, vers le divin ; il nous attire vers notre propre centre. Le cerveau humain est ainsi fait qu'il mémorise très vite les formes symétriques et les transmet ainsi rapidement vers le psychisme.

Le psychisme est fait de l'émotion et du mental. Le mandala agit sur le psychisme dans lequel il réunit et unifie, au travers de son principe d'immobilité - le centre, et il harmonise au travers de ses parties symétriques, dans la périphérie.

Ainsi, le mandala contient et organise les énergies archétypales de l'inconscient, d'une manière assimilable par la conscience.

En dessinant un mandala, nous créons notre propre espace sacré

Un lieu de protection, un centre sur lequel se concentrent nos énergies. D'après JUNG, quand le Soi réussit à s'exprimer dans le dessin, l'inconscient répond en dictant une attitude de révérence envers la vie. Et quand nous regardons un mandala, il nous centre, il nous harmonise et il nous donne le silence et la paix. Il nous met en équilibre et il stimule en nous de nouvelles idées créatives qui sont capables de s'orienter vers un but constructif. C'est pour toutes ces raisons que le mandala est utilisé depuis la nuit des temps, comme support visuel de Méditation.

Extraits d'un texte de Marlis Laduree, artiste peintre, dont vous retrouverez les magnifiques créations dans son livre : "MIROIRS DE LA PAIX - LES MANDALAS CONTEMPORAINS" aux Editions Médicis, ou sur son site : http://www.marlisladuree.com/

Des stages de création de mandala, animés par Catherine Mazarguil, ont lieu régulièrement à l’Atelier du Laurier Rouge, les prochains sont :

- Week-ends Relaxation et Mandala en Septembre 2009 ; Mars et Mai 2010
- Yoga-Mandala, L’Arbre de Vie ; du 2 au 6 Novembre 2009
- Yoga-Dessin-Mandala ; du 31 Mai au 4 Juin 2010

Renseignements au 03 25 70 69 35 ou sur le site : www.laurier-rouge.com

Illustration : Mandala de Catherine mazarguil stylo-gel et paillettes sur papier