jeudi 16 octobre 2008

A voir...


Une exposition à la Galerie Esprit d’Art jusqu’au 26 octobre 2008 : peintures sur toile, huile, or et techniques mixtes de Catherine Mazarguil / Mudita.
Ouverture de la Galerie du mardi au dimanche de 14 h à 18 h, ou sur rendez-vous ; contact Anne Roth, directrice de la Galerie : 03 26 42 01 49.

La Galerie Esprit d’Art est située rue des Retranchements à Anglure, dans la Marne (51), à la limite nord-ouest de l’Aube (10), près de Romilly sur Seine, Nogent sur Seine et Méry sur Seine.

Mes Infinis...

L’inspiration de cette série « Mes Infinis » a pris naissance il y a 12 ans, lors d’un retour de l’Inde. J’étais dans l’avion, je décollais de New Delhi. J’avais la chance d’être placée près d’un hublot. C’était très tôt le matin, bien avant le lever du soleil, qui a lieu vers 5 heures en Inde. L’avion a décollé, tout le monde s’est installé pour dormir et finir sa nuit. Seule, je restai éveillée.

Et puis des couleurs sont apparues, déchirant la nuit : du mauve, du violet, du pourpre, de l’or… le ciel se créait sous mes yeux, le nez collé à la vitre afin de ne pas perdre une seconde de cet instant magique…qui a duré trois heures ! En effet, au fur et à mesure que l’avion poursuivait sa route vers l’ouest et l’occident, le soleil pointait progressivement derrière, depuis l’est et l’orient.

Munie d’un petit calepin, outil indispensable et cher à tous les créateurs, j’ai noté toutes les couleurs, les progressions, les harmonies. J’ai assisté ainsi à un lever du soleil au dessus des montagnes arides et plissées du Pakistan, de l’Afghanistan, de l’Iran, de la Turquie. Les couleurs se succédaient les unes après les autres, puis le bleu du ciel a envahi ma vision, puis les couleurs de la nature généreuse de l’Europe, les verts et les oranges, les marrons.

Arrivée en France, le calepin fut rangé dans un tiroir et le cours de la vie reprit son agitation. Mais je savais qu’un jour ces couleurs allaient réapparaître dans mes tableaux… Bien plus tard, après un séjour à Venise m’ayant réveillé les yeux, j’ai enfin, recréé « Mes Infinis » dans mon atelier de campagne